Nature Humaine

Quittons notre paysage familier et civilisé que nous maîtrisons, pour une promenade en forêt: est- elle encore enchantée? Se réduit-elle à un banal lieu de promenade dominical? La nature comme frontière: frontière entre deux mondes, mur végétal entre notre domaine civilisé et notre domaine intérieur, intime. Voyageons à travers ces parcelles, apprivoisons cette Nature humaine; ces troncs francs, ces arbres aux bras multiples qui peuvent se fondre dans le chaos en s’entremêlant. Quelques instants durant, notre imaginaire rejoint les décors angoissants des contes pour enfants: la nature s’immisce et envahit notre espace intime, reflète nos sens et nos sensations. En dépit de l’intervention de l’homme qui tient à domestiquer son environnement naturel, à inscrire sa griffe sur les corps des arbres, ces derniers résistent, imposent leurs lois, dominent, comptant sur les jeunes pousses pour prendre la relève. Ces corps s’organisent, se parlent, s’unissent pour cohabiter alors que d’autres veillent, au garde à vous, tels une ar- mée marchant au pas. Des traces de luttes nous heurtent: violence du vent tout puissant créant de nou- veaux tableaux que notre imaginaire croit reconnaître. Hors des sentiers, nous pénétrons dans les profondeurs, ces ténèbres nous oppressent au fur et à mesure que nous nous enfonçons jusqu’à ce qu’une clarté inattendue nous soulage, nous libère.

Exposition