BIO

Né en 1963 à Paris, c’est en pensionnat que, grâce à un copain, je découvre dans l'adolescence la photographie. Lorsqu’il me montre des tirages en noir et blanc qu’il effectue dans sa salle de bain aménagée en chambre noire, je réalise que l'évasion est facile. La photographie s’impose à moi comme une évidence. Je prends la décision de suivre les cours de l’école Louis Lumière. Mais l’enseignement théorique ne me passionne pas.

Je décide alors de constituer ma culture photographique avec mes maîtres Lartigue, Cartier Bresson, Doisneau, Depardon... Les photographes hollandais attirent également mon attention de par leurs montages. Je suis sensible à toute oeuvre photographique existant en tant que telle. Je me nourris d’expositions et de livres, je suis fasciné par l’approche des reporters de guerre, et surtout par la presse américaine. Je prends conscience de la difficulté du métier de photographe.

Après plusieurs expériences pour la presse française, je constate que je ne suis pas à ma place. J’intègre alors une société d’audiovisuel : j’apprends à créer des images qui transmettront des messages : "le message devient voyage". Durant une quinzaine d’années, je travaille pour des agences de tourisme d’affaires. Je découvre le monde singulier du tourisme au service de l’entreprise. Je m’appuie sur les cadres idylliques du voyage de luxe, j'ai pour objectif la mise en valeur du bonheur de chaque participant. Je travaille en Ekta le jour et la nuit je développe mes films dans ma chambre d’hôtel pour monter un diaporama piloté par 12 projecteurs. Chaque voyage se clôture par une projection du résumé du voyage idyllique, chaque participant revivant son expérience projetée sur écran géant. Le voyage, devenu message, lie désormais le participant à son entreprise : son bonheur personnel et celui de la société ne font plus qu'un. Une profonde frustration m'envahit. La course perpétuelle à l’image me prive des spectacles naturels qui s’offrent à mes yeux.

Éreinté par ces voyages et cette photographie-spectacle, je réalise que de nombreux kilomètres ne sont pas nécessaires pour être photographe. Je continue cette activité à titre occasionnel et je découvre enfin ma voie : l’écriture photographique. Je pose mon regard artistique pour réaliser un travail d'auteur plus personnel. Ma première expérience a pour objet mon village en format panoramique, expérience qui m’ouvre de nouvelles perspectives : les habitants deviennent acteurs. Je découvre ensuite la forêt. Seul, face aux arbres, je prends conscience du lien intime entre l’homme et la nature, un voyage intérieur qui défriche mes propres codes. Je travaille avec la lumière et franchis la frontière végétale.

Cette expérience s'enchaîne avec la découverte du Château de Meung-sur-Loire. Les propriétaires me sollicitent : ils désirent que je réalise un livre sur leur château dans le but de l'ouvrir au public. Le livre, d'une centaine de pages, a nécessité six mois de travail passionnant sur les différentes lumières afin de mettre en valeur la pierre et l'ambiance du château.

Toujours attiré par la pédagogie et le partage de mes connaissances, je m'oriente ensuite vers la formation. Le métier de photographe est un métier solitaire et je découvre alors le plaisir de transmettre mes expériences et celui de recevoir les expériences des autres, quel que soit leur âge et quelles que soient leurs connaissances. Le métier de photographe exige une remise en question permanente.